Carnet de route

Péripéties alpines…

Le 09/05/2008 par

Péripéties  alpines…

(du Massif du Mont-Rose… au Massif des Ecrins…)

 

Samedi 26 avril 2008-6h30. Huit randonneurs (Bernard Aymes, Thierry Bastien, Michel Bron, Jacques Coustère, Bernard Labatut, Alain Plaa, Alain Sablé, Jean-Michel Talavera) partent de Saint-Gaudens, rejoints à Toulouse par Nadine et Jean-Pierre Doumenc, direction Lilianes au nord de Turin. Notre intention : skier dans le massif du Mont-Rose (Castor, Pollux, Breïthorn, Nordendt, Signalküpe…).Un programme…chargé, concocté par Alain Sablé. Gilbert Magne et Michel Vilot  -accros au rail (de chemin de fer -bien entendu)- seront récupérés à Pont-Saint-Martin. Hans Ineichen n'a pu se joindre à nous : des pluies torrentielles ont dévasté ses champs et-en guise de ski de rando- il va ressemer sur les coteaux de Villefranche d'Astarac…

Un repas pantagruélique chez l'accorte Valentina (Ostello Crieriel), une bonne nuit et un petit déjeuner tout aussi impressionnant nous permettent de démarrer de Staffal (1840m), dimanche 27, pleins d'énergie. Mais l'atmosphère moite, la neige pourrie trouvée à partir de 2000 mètres, ajoutés au poids inhabituel du sac (…et de l'estomac…) rendent le souffle court jusqu'au refuge Cita di Mantova (3500 m), atteint après 7h 45 de montée. Nous dominons enfin une mer de nuages… Le refuge est pour nous seuls : Alessandro et Patricia, les gardiens, sont à nos soins, mais la météo s'annonce mal pour les prochains jours (jusqu'au jeudi). Ils nous conseillent de profiter du temps encore beau de la matinée du lundi 28 pour tracer jusqu'à la Pyramide Vincent (4215 m), puis de redescendre avec eux, puisqu'ils ferment le refuge et rejoignent la vallée. Nous nous rangeons à leur avis. Après 2h 30 de montée, les derniers n'ont même pas le temps de chausser leurs crampons que tout se bouche et accélère le retour au refuge. Alessandro nous guide pour une magnifique descente jusqu'au refuge Gabiet (2375 m) qui nous permet d'éviter la neige pourrie de la montée. A 14 h, nous sommes à Staffal et reprenons  les véhicules, destination… Briançon ! Le beau temps nous y attend… dixit le propriétaire du gîte de Terre Rouge (où nous nous trouvions en février) et Jean-Pierre possède quelques topos des lieux dans ses bagages. Le maître de maison du gîte nous conseillera.

-mardi 29, la Turge de la Suffie (3024 m) par le Col de Chaude Maison depuis Le Laus. Belle randonnée dans une ambiance cotonneuse et ensoleillée à la fois. Le Laus, bondé en février, est désert !

-mercredi 30, le mauvais temps nous rattrape : nous nous contentons d'une promenade matinale à skis dans la vallée des Fonts puis partons visiter Briançon (la recherche d'un restaurant sans GPS y fut terrible…).

-jeudi 1er mai, nous quittons Terre Rouge pour Villar-d'Arêne. Grand beau. Nous laissons les véhicules en fin du col du Lautaret pour remonter la Combe de Roche Noire sur la neige fraîche  tombée hier. Un vent froid souffle. Le paysage est magnifique : Montagne des Agneaux, Pelvoux, Ecrins, Meije... ont l'air à portée de spatules.. La descente : un régal !  Nous remettons les peaux jusqu'à la Crête de Côte Plaine, pour tordre encore quelques courbes dans cette neige. Puis nous rejoignons le gîte La Brêche à Villar-d'Arêne. Là encore, un repas gargantuesque nous met sur le flanc…

-vendredi 2 mai, nous rebasculons vers Briançon, jusqu'au Lauzet. Nous traçons jusqu'en haut du vallon du Fontenil (2980). Il faut revenir avant midi, car Nadine et Jean-Pierre doivent nous abandonner. Ils repartent vers Saint-Gaudens et nous vers Villar-d'Arêne. Nous stationnons nos véhicules après le Pont d'Arsine, rechargeons nos sacs (baudriers, broches, longes, cordes, crampons, piolets, frontale) et montons au refuge de l'Alpe de Villar-d'Arêne (2077). Et il y a du monde ! Le repas du soir est ici « diététique »… Un vrai refuge, mais un peu l'usine, quoi ! Les belles gardiennes en égaient agréablement l'atmosphère…

-samedi 3 mai. Lever à 5 h (sans problèmes : le groupe qui dormait sur les châlits au-dessus de nous est parti à 4, alors…). Descente (-100 m) à la frontale sur le Plan de Valfourche et remontée interminable sur la moraine du glacier de la Plate des Agneaux jusqu'à 2860 m ; ensuite nous dénivelons rapidement sur le glacier de la Casse Déserte jusqu'au col des Neiges (3348 m). Cinq heures trente de montée récompensées par le cadre extraordinaire de La Grande Ruine. Le refuge Adèle Planchard, de l'autre côté du glacier supérieur des Agneaux est deux cent mètres en dessous. Retour par le même chemin : un plaisir au début (on en tord encore pas mal), puis le manque de pente se fait sentir, ainsi que le manque d'eau : nous remontons au refuge de l'Alpe remplir les gourdes, siffler quelques Cocas, reposer nos guibolles, puis nous remontons légèrement et nous esquissons nos derniers virages dans une neige de printemps. Ensuite, pédibus jusqu'aux voitures. A 15 h 30, moment exquis : les orteils sont enfin à l'air libre…Retour au gîte La Brèche à Villar-d'Arêne : douches, réhydratation avec quelques bières. Gilbert et Michel V. vont prendre le train du retour à Briançon.

Après un nouveau repas gargantuesque, nous repartons le dimanche 4 mai. Saint-Gaudens est rejoint au terme de 7 heures de trajet.

Cette semaine improvisée a enchanté tous les participants. Merci Alain.

 

Jacques Coustère.

 

 







CLUB ALPIN FRANCAIS COMMINGES
GYMNASE DU PILAT
BP 70162
31804  SAINT GAUDENS CEDEX
Contactez-nous
Tél. 05 61 89 77 67 ou 06 42 77 82 85
Permanences :
Mardi soir 19h30-21h30
Agenda