Carnet de route

La traversée du Pic de Port-Vieux

Le 23/07/2017 par Yves COSTES

Enfin le soleil fait son apparition au sortir de la gorge de la Gela. Il fallait y croire, ce matin. Mais nous étions confiants. Nous sommes partis dans le brouillard qui s'égouttait sur le chemin de Barroude...

Le ciel commence à s'éclaircir au niveau de la passerelle qui sépare le chemin du Port Vieux de celui de Barroude. Là, Cathy et Mireille nous quittent pour aller directement au lac de Barroude ou nous devons les retrouver. Il faut dire qu'elles sont toutes deux un peu convalescentes, après quelques ennuis de dos. Nous nous regroupons à la cabane de la Gela. Le ciel est bien dégagé mais un gros nuage noir coiffe notre objectif. Des rafales de vent chaud venu d'Espagne, nous décoiffent, il se peut donc que tous ces nuages soient balayés... Hans, qui connait bien le coin me certifie que le Pic de Port-Vieux est très bien cairné et que même dans le brouillard, nous ne pourrons pas le manquer. Nous voilà donc , remontant ce large chemin chargé d'histoire*, qui nous mène au Port Vieux. Nous apercevons ça et là, quelques vestiges miniers. Combien de mules et d'hommes ont foulé ce sentier ?...

Au col, le vent d'Espagne nous bouscule. Au sud, des écharpes de nuages enveloppent les sommets. Notre objectif est pour l'instant épargné et nous voyons une sente serpenter sur les pentes raides qui y mènent. Nous avalons rapidement les 400m qui nous en séparent et cassons une petite croûte sur le plateau sommital. Nous avons, face à nous, au soleil, la formidable muraille de Barroude. Haute de quatre cent mètres, à trois mille mètres d'altitude, elle s'étend sur près de trois kilomètres, du Pic de la Gela au Pic de Troumouse. Son architecture est complexe, presque tourmentée, avec des strates rocheuses très marquées et des couleurs variées. Bien que le rocher y soit d'une qualité parfois médiocre, des itinéraires d'escalade y ont été tracés.

Les nuages bouillonnent sur les crêtes et le vent ne faiblit pas. Nous repartons en direction du Port de Barroude. Le paysage a pris maintenant des allures lunaires avec un sol gris sombre. Nous retrouvons Mireille et Cathy qui nous attendent au bout du chemin. Le lac de Barroude joue avec la lumière et prend des couleurs changeantes. Nous y descendons pour manger un morceau. Eve-Anne qui avait disparue un moment, réapparaît en maillot de bain et (presque) sans hésiter, se jette à l'eau ! Jacquou qui ne veut pas être en reste, se déshabille aussitôt et rentre... un pied dans l'eau... deux pieds dans l'eau... et puis tout le reste et fait quelques brasses. Il paraissent tous deux, assez contents de ressortir et de se sécher.

Nous prenons le chemin de la descente, passant sur les ruines de l'ancien refuge. Le sentier longe la muraille et plonge vers le fond de la vallée. C'est alors que le premier coup de tonnerre se fait entendre... C'est alors que les premières gouttes de pluie commencent à tomber.... C'est alors que nous enfilons nos imperméables et que nous filons vers le bas. L'orage nous poursuit de ses assiduités lumineuses, sonores, liquides... et même solides, sous forme de grêle. Nous plongeons dans le brouillard jusqu'au parking.

Nous étions douze Cafistes pour affronter l'orage :Sandrine, Cathy, Mireille, Eve-Anne, Claire, Hans, Michel, Jean, Didier, Sylvain, Jacquou et Yves.

Des photos de Jean et de Mireille suivrons

* : A propos d'histoire , Michel nous a trouvé des documents très intéressants sur la vallée de la Géla .Voir lien ci-dessous:

http://cirquedebarrosa.free.fr/cheminengela.htm

 

CLUB ALPIN FRANCAIS COMMINGES
GYMNASE DU PILAT
BP 70162
31804  SAINT GAUDENS CEDEX
Contactez-nous
Tél. 05 61 89 77 67 ou 06 42 77 82 85
Permanences :
Mardi soir 19h30-21h30
Agenda