Carnet de route

Il faut croire au Père Joël

Sortie :  Hourquette de Chermentas du 18/12/2016

Le 19/12/2016 par Gilles Pollini

Il faut croire au Père Joël, 

Je sais, c’est de circonstance, l’homme au traineau arrive. Il a même une chaine TV…mais vu la neige, il peut se les économiser, les chaines.

Alors, quand on veut organiser une sortie raquette, que l’on voit de loin…que l’on ne voit pas de neige, on fait comment pour trouver le bon spot ? Et c’est là qu’il faut croire au Père Joël !!!Il m’avait déjà bien tuyauté pour une sortie vers le Rosari il y a deux semaines et il m’a cette fois indiqué la Hourquette de Chermentas.

Alors, depuis Piau Engaly, nous nous sommes discrètement mêlés aux amoureux de la glisse sur piste…pour bifurquer dans le vallon du xxxx dès que l’occasion s’est présentée (note pour moi : n’oublie pas de remplacer les xxxx par le nom que tu trouveras sur la carte restée dans le sac que tu n’as pas encore vidé parce que tu avais la flemme hier soir).

Nous avons quand même rencontré quelques skieurs de rando, mais le cirque de la vallée de xxxx (note pour moi : voir note précédente) est tellement immense que la montagne semblait être pour nous tout seuls. Il est vrai que nous n’étions que 3, en plus ! Et finalement, on peut se permettre à trois des trajectoires plus compliquées qu’à 15…et nous ne nous en sommes pas privé…à en tomber les lunettes de soleil, n’est-ce pas Nadine ? Nous les avons vu dévaler lentement (mais sûrement) la pente jusqu’à ce qu’elles s’arrêtent enfin à la faveur d’un petit monticule. Cruel dilemme alors pour l’accompagnateur. Que faire ? Aller chercher les lunettes et abandonner 100% du groupe ou bien laisser redescendre Nadine et rester avec 50% du groupe (Marion). J’optais donc pour la sagesse plutôt que la galanterie…

Peu avant, j’avais choisi l’option rive droite alors que la grande majorité passait de l’autre côté. Peut-être plus sauvage, elles étaient de toute façon aussi peu au soleil l’une que l’autre. Evidemment, ça explique aussi la quantité de neige. Du coup, petit arrêt à la cabane, fermée comme me l’avait indiqué Joël avant d’attaquer la montée sur une vieille coulée de neige.

Nous suivrons la trace d’un skieur que l’on quittera ensuite pour prendre la directissime, droit sur la Hourquette.

Et là, grand spectacle M’sieur Dam’ ! Du Port vieux au Bataillence avec le Cotiella plein centre (note pour moi : la carte n’arrivant pas jusqu’au Cotiella, vérifie sur la 50.000 que tu ne racontes pas de bêtise). Punaise, c’était ma première visite, pas décu le type !

De beaux rochers nous attendaient sur la gauche du col pour déjeuner en plein soleil. Par contre, une erreur stratégique de quelques minutes à peine sur l’heure du début de la descente nous fera rester à l’ombre jusqu’à la voiture. Mais dès que l’on a compris que nous ne rattraperions jamais l’astre du jour…nous avons pris le temps de profiter des lieux cette fois quasi que pour nous.

L’état de la neige alternera entre poudreuse de cinéma et béton de chantier et ce chaque quelques mètres (!) mais on s’est (prudemment) régalé.

Cependant, il devait y avoir quelques centaines de personnes sur la station de ski…mais je parie que nous sommes les seuls à avoir vu le troupeau d’isards. Il se trouvaient pile en face la station, sur un petit névé de l’autre côté du vallon sur les pentes du (note pour moi : c’est quoi le sommet au-dessus déjà ?). Nous en avons compté 11 (une équipe de foot sans doute) qui semblaient être venu là pour voir les humains s’ébattre sur le domaine skiable d’en face.

Encore une fois, merci au Père Joël pour ses conseils. Cà n’est pas encore ce coup-ci que j’écrirai : « Le Père Joël est une ordure » …Splandid celle-là, non ?

Photothèque : ICI

 







CLUB ALPIN FRANCAIS COMMINGES
GYMNASE DU PILAT
BP 70162
31804  SAINT GAUDENS CEDEX
Contactez-nous
Tél. 05 61 89 77 67 ou 06 42 77 82 85
Permanences :
Mardi soir 19h30-21h30
Agenda