Carnet de route

Mont du Lys

Le 02/10/2016 par Yves COSTES

Heureux qui, comme Ulysse

Parti au Mont du Lys...(*)

 

Lorsque l'automne est là, avec ses brumes humides, ses colchiques et ses cerfs en rut,  lorsque les nuages tardent à se dissiper et qu'ils continuent de colmater les fonds de vallées  jusqu'à la mi-journée, il n'est pas besoin d'aller bien loin pour trouver la faille dans la chape nébuleuse et saisir un rayon de soleil.

Le Mont du lys est le lieu idéal pour accéder au ciel bleu et profiter de quelques heures de soleil, volés à la grisaille. Dominant de plus de mille mètres la vallée, il est un excellent belvédère pour observer ses grands voisins, les « 3000 du Luchonnais ».

 

Dès 8h30, huit Commingeois arpentent le sentier qui se faufile sous les hêtres, en lacets escarpés, en direction du col de Pinata. La prairie de l'Artigue est rapidement atteinte. Un troupeau de moutons occupe le terrain, peut-être sentent-t-ils la fin de la saison…

Le sentier longe le torrent. Les pierres sont moites et les arbres s'égouttent sur nos capuchons. Les cascades de Houradade soufflent leur haleine humide dans un fracas assourdissant.

Enfin nous nous extrayons de la forêt et atteignons la cabane de la Coume. La couche nuageuse paraît moins épaisse et l'air plus sec. Nous bifurquons vers la gauche, laissant le sentier du lac Vert, et grimpons très raide jusqu'au col. Le soleil nous y accueille, accompagné d'un petit vent aigrelet .

Il ne reste plus qu'à suivre la crête herbeuse jusqu'au sommet. Nous cassons la croûte derrière le cairn et le soleil nous réchauffe agréablement. Les nuages sont à nos pieds. Il ne dépasse que ce qui se trouve à plus de 2 000 Mètres. Du vallon de Bounéù, montent les brames des cerfs à travers les brumes. Au-dessus de nous, le sévère cirque des Crabioules  étire ses ombres et joue avec un soleil déjà bien bas. Les névés sont réduits comme « peau de chagrin », découvrant des roches blanchies par des millénaires de glaciation…

Il faut bien redescendre, et nous pensons revenir en boucle par le Mailh d'Escargots. Les nuages qui n'ont pas pu enrayer notre ascension, ont décidé de nous couper la retraite et enveloppent la croupe que nous voulions suivre. Après une hésitation, nous renonçons à poursuivre et décidons de rentrer par le même chemin ; La crête, le col de Pinata, le sentier raide, défilent sous nos pas ; au cours d'une pause à la cabane de la Coume, Jean-Pierre propose de rentrer par la cascade d'Enfer, car peu d'entre nous la connaissent. Depuis la prairie de l'Artigue, nous prenons le sentier qui  traverse sur le versant nord de la vallée. Nous arrivons au-dessus de la fameuse cascade qui se précipite dans un gouffre effrayant…

Un bon sentier nous permet de redescendre tranquillement jusqu'au parking.

 

Une randonnée proposée et encadrée par Yves, avec la participation de Marie-Pierre, une petite nouvelle, Thibaud, un petit jeune tout nouveau, Patrick que l'on voit de temps en temps, et les « petits vieux », Michel, Claire, Nadine et Jean-Pierre.

 

(*) Je laisse à mon ami et poète Gilles, le soin de continuer. Le faisant moi-même, je craindrais de froisser Joachim Du Belley...







CLUB ALPIN FRANCAIS COMMINGES
GYMNASE DU PILAT
BP 70162
31804  SAINT GAUDENS CEDEX
Contactez-nous
Tél. 05 61 89 77 67 ou 06 42 77 82 85
Permanences :
Mardi soir 19h30-21h30
Agenda